vendredi 11 août 2017

Paray le Monial et le mystérieux serviteur de Dieu

"Ne crains rien, je règnerai malgré malgré mes ennemis"
- Le Christ, à Sainte Marguerite Marie -




Paray le Monial est l'un des endroit les plus fantastique que compte notre charmant pays.
Un endroit où les croyants, les poètes et autres artistes
s'épanouissent comme fleurs au printemps




Quelqu'un douterai t il encore de l'existence de Dieu ?
Alors je le prie de venir voir ses enfants rassemblé là bas.


Ils m'ont inspiré :

Tellement surpris par leur beauté
cet Esprit de Sainteté !
je me sens épris de liberté
car l'on m'a appris à aimer   ;-)

êtes vous dans un désert spirituel en ce moment ?
Alors venez boire à la source jaillissante du coeur de notre Seigneur




Il a dit:
"Croyez, et vous verrez la puissance de mon coeur"
 

Voici à peu près comment je voulais commencer cet article sur Paray le Monial avant hier .
Mais pour tout avouer, hier soir je déprimai grandement comme il m'arrive parfois...
...en fait, j'avais renoncé à publier quoi que ce soit, me demandant à quoi cela pourrai bien servir.

Mais cette nuit j'ai fais un rêve étrange.

Alors tout en truffant exclusivement cet article d'images vu et faite là bas,

je vous le raconte si vous le voulez bien:

Dans ce rêve
Il y avait deux chanteurs très connu qui avaient décidé de faire un concert ensemble.
à la fin de ce concert ils marchaient sur l'herbe comme celle ci .

heureux et tout excité encore de la joie partagé avec la foule
et l'ambiance électrique qui avait eu lieu,


 le plus connu des deux, plein d'affection pour son collègue se tourna vers lui et dit:

-Tu crois en Dieu ?

-Oui!
quelques secondes après il ajouta:
-Pour tout t'avouer c'est Dieu qui m'a sauvé 
alors que j'étais près de mourir, 
je l'ai vu dans sa gloire, sa lumière...
...dans cet hôpital ce soir là...

le premier musicien, fervent croyant lui aussi fut étonné et dit:
-Mais pourquoi tu ne l'a jamais dis dans une interview ? 
Tu ne l'a jamais dit à personne?
son collègue répondit alors qu'il ne voyait pas l'utilité de partager cela, 
que peut être on allait pas le croire ou bien le railler,
qu'il valait mieux rester discret.

Et alors son ami l'exhorta à parler à tous, 
déclarer sa flamme au Seigneur publiquement, 
que beaucoup y verraient un signe d'Espoir...

Peut être même qu'ainsi il contribuerai à 
SAUVER LE MONDE
Et cette parole résonnait en écho, 
"contribuer à sauver le monde..."

Dans ce rêve j'assistais à cette scène là, et j'étais outré me disant en moi même:
"Mais oui, qu'il témoigne donc, qu'il partage sa vision divine" !

J'en était à cette réflexion quand je suis arrivé dans un endroit fantastique, 
il y avait des fresques représentant la vie de Sainte Marie.
Dans une tour si bien illuminé par le soleil...

(beaucoup plus jolie que ces oeuvres la)



Elle était si fière d'avoir contribué à sauver le monde en enfantant Jésus Christ
(si heureuse, si belle :-)

Fiévreusement j'étais là à prendre en photos les oeuvres d'art sous toutes les coutures, 
montant chaque étages en vitesse,
(car le rêve commençait à se dissiper)
me disant qu'il fallait ABSOLUMENT
 que je publie cela sur mon blog.
Et puis je me suis réveillé.

Il y aurait beaucoup à dire sur Paray le monial, 
imaginez un endroit où des foules de gens de tous ages loueraient le Seigneur du matin au soir.
Entre les louanges il y a des conférences et partages.

Il y a plein de jeux aussi qui nous permettent de faire connaissance avec son prochain...


Quelques endroits magnifique à visiter.
(musée ect...)






Et la nuit des concerts dans la Basilique.





Et je resterai discret sur les grâces et charismes de la
Sainte communauté de l'Emmanuel,
que ceux qui ont vécu cela témoignent

Il y a quelques chose que je voudrai vous dire.
Cela fait dix ans que j'ai été baptisé à peu près.
Quand j'ai commencé à assister à une messe je me mettais souvent à pleurer.
(ou bien je faisait des efforts de fou pour retenir mes larmes)

J'étais touché par cette joie de louer Dieu d'une si belle manière.
Dans mes plus grands rêves je n'imaginais pas les merveilles 
qui pouvaient se produire dans une église.

Et pourtant c'est la réalité.

Maintenant autre chose:
Pendant cette semaine à Paray le Monial, le soir nous assistions à des "veillée"
Ce soir là ils nous ont présenté un tableau célèbre de George de la Tour
- Le nouveau né -

la description de ce tableau à duré un certain temps, 
elle était minutieuse et j'ai bu chaque parole avec ferveur.

Sainte Marie s'occupait très bien de son enfant qu'elle aimait TELLEMENT,
vigilante jour et nuit...
La phrase qui m'a fait pleurer c'est quand la commentatrice semblait dire que chaque mère était ainsi.

Je suis sorti précipitament, l'émotion était trop forte.

Ma mère ne s'est pas occupé de moi comme cela étant bébé.


pas du tout pas du tout pas du tout
Notre mère ne s'occupait pas de nous comme décris ce soir là.

Quand je me souviens de moi bébé je vois
la faim la faim la faim, 
nous n'avions pas à manger pendant des jours et des jours.
tellement mal de faim et soif aussi.
Et cette violence, cette violence,
CETTE VIOLENCE SANS ARRET

LAISSEZ LE!
ARRETEZ !


ARRETEZ ARRETEZ ARRETEZ !!!
IL N'A FAIT DE MAL A PERSONNE !
NE LUI FAITES PLUS DE MAL S'IL VOUS PLAIT
NE LUI FAITE PLUS DE MAL
NE LUI FAITES PLUS DE MAL
...............................

NOOOOOOOOOON  !
Les souvenirs,
Nous pleurions jusqu'à épuisement, 
et restions dans un état semi comateux jusqua ce que notre père rentre du travail 
et nous fasse manger à la va vite (quand il pouvait) 
avant que lui même s'éffondre de fatigue.

Mais pleurer était dangereux
(cela pouvait entraîner des représailles)
à la fin je n'osais plus


Je ne me souviens pas que quelqu'un m'ait embrassé avant l'age de dix ans, 
quand enfin notre père, après des années de batailles avec la justice nous a récupéré
chez lui en région parisienne.

C'était si bon d'être dans tes bras !
Merci papa c'était limite, tu nous a vraiment sauvé la vie.

Je ne sais toujours pas pourquoi le MAL ravage encore le monde
si longtemps après la venue du Sauveur,
(si tous le connaissaient...)
mais je sais maintenant pourquoi il devait passer par tant d'horribles souffrances pour nous racheter.
Quand il fut livré par le malin, torturé et crucifié...

...a t'il porté sur lui toutes les souffrances des innocents vécu de tous temps ?










LE MYSTERIEUX SERVITEUR DE DIEU :

Un flash est encore venu des temps sombre,
Etant enfant (je devais avoir neuf ans) mon grand frère et moi vivions dans un village du sud de la France


et à côté de chez nous s'était installé une famille magnifique, 
des gens extraordinaire comme une source dans le désert.


C'était un couple dont le père était artiste peintre.
Ils venaient d'Orléans et avaient deux fils:
Benjamin le plus petit et Samuel.
Nous n'étions que sept enfants dans ce village alors nous jouions toujours ensemble.

Un jour en été, alors que nous nous régalions de mures dans les buissons, 
Samuel vint nous voir en nous disant 
qu'on pouvait aussi manger des fleurs d'acacia.
On ne le cru pas, alors il en mangea devant nous 
et voila que nous aussi nous nous jetions sur l'acacia le plus proche !
pour cueillir des fleurs et les manger comme feraient des oiseaux sur les miettes de pain.

Quelle découverte ! Et ce n'était pas fini.
Il nous invita aussi à son anniversaire.

arrivé devant sa maison nous n'osions pas entrer.
Il faut dire que nous étions véritablement en haillons, et si sale à force de courir dans la forêt,
(car la maison nous était interdite sauf pour aller dormir)
Mais la douce odeur des beignets aux fleurs d'acacia était divine.

Qui étaient ces gens qui n'avaient pas peur d'inviter des miséreux à leur table ?
Je regardait le père, sa barbe blanche s'est imprimé dans ma mémoire.
c'était vraiment étrange, il n'était pas du tout comme les autres,
je ne voyais nul mépris sur son visage,
ni jugement d'aucune sorte sur notre tenue
Il était douceur silencieuse.

Il semblait comme en prière intérieurement, tout de compassion.
Son regard était un lien avec Notre Père au Ciel et je l'ignorai totalement.

A un moment nous nous sommes amusé à courir dans leur grande maison.
Un portrait accroché au mur m'a marqué.
Celui du Christ

Je ne savais pas du tout à l'époque et je croyais que c'était simplement le portrait de cet homme étant plus jeune.
d'ailleurs il avait les mêmes traits de visage,
la même forme de barbe, et surtout le même regard...

Montrant le tableau du doigt
j'ai demandé à Samuel:
-Est ce que c'est ton père ?
Sa réaction fut une grande joie à ma question,
il a esquissé un sourire...
...et nous sommes parti nous amuser...

Pour finir,
voici une chanson qui réjouit le coeur :
CHANSON: AU CIEL